Vous venez d'ajouter ce produit à votre panier.
ArticleRéférencePrix UnitairePrix Total HT

Continuer mes achats Voir mon panier
Ces produits pourraient vous intéresser

Equipements de visibilité : quelles sont les normes à respecter ?

Date de mise en ligne : 24 juillet 2018

Vos employés peuvent être exposés à certains dangers découlant du fait qu’ils sont mal vus par les autres travailleurs ou par les usagers de la route. C’est notamment le cas lorsqu’ils interviennent sur des chantiers publics, sur des équipements en bord de routes, dans des zones où des véhicules circulent…

Les vêtements de signalisation permettent de prévenir les risques encourus en signalant efficacement vos employés. Ils doivent être choisis en fonction de l’activité exercée et des dangers présents, tout en répondant à certaines normes obligatoires.

Pour qui le port de vêtements de haute visibilité est-il obligatoire ?

Pourquoi porter des vêtements de haute visibilité ?

Les vêtements de protection haute visibilité permettent aux travailleurs d’éviter les accidents dus au manque de visibilité. Le trafic routier nocturne représente moins de 10 % de la totalité du trafic mais est à l’origine de 35 % des blessés hospitalisés et 45 % des tués. Certaines professions sont amenées à travailler dans des conditions de faible ou de mauvaise visibilité, notamment sur la chaussée ou les bords de routes.

Les équipements de protection individuelle de visibilité permettent à leur utilisateur d’être mieux vu en contrastant avec son environnement et en réfléchissant la lumière de nuit, notamment les lumières de phares.

L’obligation de port de vêtement de visibilité

Selon l’article 4321-1 du Code du travail, l’employeur a l’obligation de mettre à disposition des salariés les EPI nécessaires, gratuitement et de manière personnelle. En fonction des conditions de travail de vos employés, la loi peut imposer le port de vêtement de haute visibilité. Les professionnels concernés peuvent par exemple :

- Intervenir sur les travaux publics (ex : travaux de voierie)

Assurer le ramassage des ordures

- Travailler sur les pistes d’aéroports

- Travailler dans le domaine des transports routiers (autoroutes, transporteurs) ou ferroviaires

- Être employé par les services de secours ou de police.

Les travailleurs sur les voies de circulation : les plus exposés

Les travailleurs amenés à se retrouver sur les voies de circulation sont les plus exposés aux risques liés au manque de visibilité : ils ne peuvent choisir leur emplacement et leur intervention se fait parfois dans des conditions météorologiques dangereuses (pluie, brouillard, neige…).

Les employés intervenant sur le domaine routier sont obligatoirement équipés de vêtements de signalisation haute visibilité, selon l’instruction interministérielle sur la signalisation routière :

« Toute personne intervenant à pied sur le domaine routier à l’occasion d’un chantier ou d’un danger temporaire doit revêtir un vêtement de signalisation à haute visibilité de classe 2 ou 3, conforme aux spécifications de la norme NF EN 20471.

Toutefois, les intervenants de courte durée peuvent se contenter d’un vêtement de classe 1. »

Ouvrier sur un chantier

Porter des vêtements de haute visibilité rend les travailleurs visibles de plus loin, et ce même de jour, en raison du contraste apporté. 

Que dit la norme ISO 20471 sur les vêtements de signalisation à haute visibilité ?

La norme européenne ISO 20471 spécifie les caractéristiques que doivent respecter les vêtements de signalisation à haute visibilité pour usage professionnel. Elle remplace la norme EN 471 depuis octobre 2013.

Les équipements de protection individuelle de protection visibilité permettent de signaler vos employés dans toutes les conditions de luminosité : jour, nuit, lumière artificielle, lumière de phares. La norme ISO 20471 certifie que l’utilisateur est visible en toutes circonstances.

Les matières utilisées

  • Les matières fluorescentes

Elles peuvent être jaunes, oranges ou rouges : leur couleur doit être choisie en fonction du contraste qu’elle permet d’apporter avec l’environnement. Ces matières servent à rendre l’utilisateur visible de jour mais ne fonctionnent pas de nuit. Le tissu fluorescent doit être réparti entre le devant et le dos du vêtement avec une tolérance de +/- 10 %.

  • Les bandes rétroréfléchissantes

Elles assurent la visibilité du travailleur de nuit en réfléchissant la lumière. Il existe deux matières distinctes : la microbille, souple et confortable et adaptée à des conditions extrêmes d’utilisation, et le microprisme qui est sensible à l’orientation et apporte de la couleur.

Les classes de vêtements de signalisation

La norme ISO EN 471 définit 3 classes de vêtements haute visibilité. Plus la classe est élevée et plus le niveau de visibilité est également élevé :

  • Classe 1 : niveau de visibilité le plus faible (ex : baudrier)
  • Classe 2 : niveau intermédiaire de visibilité (ex : polo, chasuble, gilet)
  • Classe 3 : niveau de visibilité le plus élevé (ex : parka, pantalon et veste, blouson à manches longues).

La classe du vêtement dépend de la surface de tissu fluorescent et rétroréfléchissant utilisée, comme indiqué dans le tableau ci-dessous :

Classe de visibilité

Matière fluorescente

Matière rétroréflechissante

Classe 1

0,14 m²

0,10 m²

Classe 2

0,50 m²

0,13 m²

Classe 3

0,80 m²

0,20 m²

 

Des exigences ont été ajoutées par la norme ISO 20471 :

- Les vêtements de classe 3 doivent couvrir obligatoirement le torse et avoir des manches et jambes longues pourvues de bandes rétroréfléchissantes.

- Tous les côtés du vêtement doivent comporter du tissu haute visibilité.

- Les manches longues des vestes, blousons et parkas doivent être équipées de 2 bandes rétroréfléchissantes, espacées de 5 cm.

Ensemble veste et pantalon haute visibilité

Notre ensemble Flash permet à vos employés d'être visibles par tous de jour comme de nuit. 

Comment choisir vos EPI de protection visibilité ?

Comme pour tout EPI, le choix de vos vêtements haute visibilité doit découler d’une analyse des dangers auxquels est exposé le travailleur. L’utilisateur doit par la suite réaliser des tests de l’équipement en situation pour s’assurer qu’il correspond bien à ses contraintes de travail et qu’il lui apporte le confort nécessaire pour réaliser ses tâches.

Le choix des vêtements de haute visibilité doit notamment s’appuyer sur :

- L’environnement de travail (climat, couleurs, urbains ou rural, etc.)

- Les tâches effectuées (mouvements, durée, risques encourus, etc.)

- Les conditions de travail (rythme de travail, confort, intensité, etc.)

Les vêtements haute visibilité doivent également être :

- Ajustés à la taille de l’utilisateur afin de lui permettre liberté et précision dans ses mouvements

- Confortables et adaptés au climat

- Utilisés conformément à leur mode d’utilisation : non dissociés s’il s’agit d’un ensemble, sans masquer les éléments à haute visibilité, entretenus correctement sans abîmer ou salir les matières rétroréfléchissantes

Il est conseillé, dans tous les cas, de choisir des vêtements de haute visibilité de classe 2 minimum.

Pour quel type d’entretien opter pour les vêtements ? 

Pendant toute leur durée de vie, les vêtements de travail doivent protéger les employés des risques qu’ils encourent. Leurs propriétés de protection ne doivent donc pas être mises à mal par le nettoyage. La notice d’emploi du vêtement doit spécifier ses modalités de nettoyage.

Il convient parfois que les vêtements soient entretenus par des professionnels qui auront recours à des techniques de nettoyage efficaces mais non agressives. C’est notamment le cas dans les situations suivantes :

  • Si le vêtement est recouvert de produits dangereux qui pourraient souiller d’autres vêtements ou les eaux de lavage
  • Si le vêtement a un traitement spécifique qui pourrait être endommagé par un séchage trop agressif
  • Si les fibres d’autres vêtements peuvent recouvrir la surface du vêtement de travail et altérer le traitement du tissu
  • Si la lessive utilisée peut annuler le traitement du tissu

Il existe des normes spécifiques au lavage des vêtements :

  • EN ISO 6330 : Méthodes de lavage et de séchage domestiques en vue des essais des textiles
  • EN ISO 3175-2 : Entretien professionnel, nettoyage à sec et nettoyage à l’eau des étoffes et des vêtements

En bref : les vêtements de haute visibilité

Le Code du travail impose à l’employeur de mettre à disposition des salariés les EPI nécessaires à leur sécurité. Il peut s’agir de vêtements de protection visibilité si les travailleurs travaillent dans des conditions de faible ou mauvaise visibilité, ou sur les voies de circulation.

La norme ISO 20471 définit les exigences pour les vêtements de protection visibilité.

Il existe 2 types de matières utilisées pour les équipements de haute visibilité :

  • Les matières fluorescentes : permettent le contraste et la visibilité de jour
  • Les bandes rétroréfléchissantes : renvoient la lumière et rendent visible de nuit

En fonction de la surface de ces matières utilisées, il existe 3 classes de vêtements de haute visibilité :

  • Classe 1 : faible niveau de visibilité
  • Classe 2 : niveau de visibilité intermédiaire
  • Classe 3 : visibilité élevée

Restons connectés
Ces produits pourraient vous intéresser

Une entreprise
solidaire et engagée

La démarche sociale et solidaire de Securinorme
s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les exclusions.

L'apprentissage du métier d'opérateur logistique
dans une entreprise protégée, sur-encadrée et exigente,
va être l'amorce d'une insertion sociale et professionnelle durable.

En savoir plus sur l'entreprise