Vous venez d'ajouter ce produit à votre panier.
ArticleRéférencePrix UnitairePrix Total HT

Continuer mes achats Voir mon panier
Ces produits pourraient vous intéresser

Chariot élévateur : le manipuler avec sécurité

Date de mise en ligne : 6 novembre 2020

Les chariots élévateurs sont des outils de travail très utilisés dans les entrepôts. Cependant, leur utilisation n'est pas sans risques et une réglementation est à respecter pour garantir la sécurité des usagers. Nous vous expliquons ce que vous devez mettre en place pour sécuriser vos employés susceptibles d'utiliser un chariot élévateur. 

Que dit la loi sur les chariots élévateurs ?

Règlementation des chariots élévateurs

Une réglementation est en vigueur afin de garantir la sécurité des utilisateurs de chariots élévateurs dans le cadre professionnel. En effet, les appareils de manutention sont soumis à des normes de fabrication. Ils doivent être conformes à la Directive 2006/42/CE. Dans une utilisation quotidienne, les chariots doivent faire l’objet d’un entretien soigné

Pour cela, des contrôles sont à effectuer pour garantir la sécurité des chariots élévateurs. Des contrôles quotidiens à l’embauche et des contrôles systématiques avant utilisation doivent être mis en place. D’après l’arrêt du 1er mars 2004, les engins doivent être contrôlés tous les six mois. 

Pour s’assurer que le matériel est en parfait état de marche, une Vérification Générale Périodique (VGP) doit être réalisée par un organisme agréé. 

De plus, des règles de sécurité et de prévention des risques sont indispensables pour les conducteurs de chariot. 

Nous pouvons lister les risques majeurs qui concernent les appareils de levage : le renversement latéral du chariot, son basculement avant, le heurt de piétons, chute de la charge (principalement depuis les fourches), chute en montant ou en descendant du chariot, gaz et fumées d'échappement dans des locaux exigus, travail aux intempéries ou en chambre froide, exposition aux vibrations et au bruit, incendie, explosion avec les chariots au gaz GPL.

Ainsi, pour éviter ces dangers, les chariots doivent être ergonomiques avec une cabine spacieuse et une bonne visibilité. Ils doivent disposer de feux de recul et d’un avertisseur sonore. 

La législation en vigueur

Une législation stricte encadre la conduite de chariot élévateur. Différents règlements doivent être respectés et nous pouvons les diviser en deux catégories : les procédures de vérification légales et les règlements concernant l’entretien et la conduite du chariot.

L’article 5 de l’arrêté du 1er mars 2004 stipule qu’un examen d’adéquation doit être réalisé avant chaque mission. Ce contrôle, à la charge de l’employeur, permet de garantir que le type de chariot utilisé permet d’assurer l’ensemble des tâches demandées en toute sécurité. Chaque jour, un contrôle exhaustif de l’état général de l’appareil doit être réalisé à la prise de poste par le conducteur.

Depuis le 1er avril 2005, que ce soit pour un chariot d'occasion ou un engin neuf, l’ensemble des opérations effectuées avec un chariot doit être consigné dans un carnet de maintenance. Celui-ci doit être mis à la disposition de l’inspection du travail en cas de contrôle. Par ailleurs, une vérification générale périodique (VGP) doit être faite tous les six mois pour chaque chariot élévateur, comme stipulé dans l’arrêté du 1er mars 2004.

La formation du cariste

Une obligation de formation au personnel susceptible de conduire un chariot élévateur est imposée par la réglementation relative à l’utilisation des équipements de travail mobiles automoteurs (Code du Travail R.223-13-19). Un autorisation de conduite doit être délivrée par l’entreprise.

formation cariste

Pour pouvoir conduire un chariot élévateur, le cariste doit ainsi :

  • avoir reçu une formation à la conduite des chariots élévateurs (obligation du code du travail).
  • être en possession d'une autorisation de conduite écrite, délivrée par le chef d'entreprise après :

* l'examen d'aptitude médicale réalisé par le médecin du travail

* l'obtention du CACES fortement recommandée par la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS), ou avoir satisfait au contrôle des connaissances et savoir-faire.

* une information sur les lieux et instructions (consignes de sécurité) à respecter sur le ou les sites de conduite.

La recommandation R 389 (Utilisation des chariots automoteurs de manutention à conducteur porté) de la CNAMTS précise le contenu de la formation des caristes.

Il existe différentes catégories avec formation spécifique pour chacune d'elles :

Catégorie 1 : transpalettes à conducteur porté et préparateurs de commandes au sol

Catégorie 2 : chariots tracteurs et à plateau porteur de capacité inférieure à 6000 kg

Catégorie 3 : chariots élévateurs en porte-à-faux de capacité inférieure ou égale à 6000 kg

Catégorie 4 : chariots élévateurs en porte-à-faux de capacité supérieure à 6000

Catégorie 5 : chariots élévateurs à mât rétractable

Catégorie 6 : conduite de chariots hors production

La prévention à mettre en place

Pour garantir la sécurité des usagers de chariot élévateur, la mise en place de prévention est indispensable.

Sécuriser la circulation

L’entreprise doit privilégier un plan de circulation pour limiter au maximum les risques de collision. 

Ainsi, elle doit réfléchir aux conséquences de l’implantation des locaux, parkings, quais de livraison et appliquer les règles du code la route avec des priorités, des limitations de vitesse, des sens giratoires.

Les flux des véhicules routiers, légers, des chariots et des piétons doivent être séparés. 

Il est important de veiller à ce que les sols soient en bon état, dégagés et balisés. 

Une largeur minimum des voies de circulation est à respecter pour les chariots élévateurs : 2,40 m à sens unique et 4 m à double sens.

L’entretien du chariot

entretien du chariot

Les chariots élévateurs sont soumis à 3 catégories de vérifications : 

  • les vérifications basiques et quotidiennes lors de la mise en service

  • les vérifications lors de la remise en service après réparation ou accident

  • une visite générale périodique à réaliser tous les 6 mois par un organisme compétent.

Pour un meilleur suivi de la maintenance et des vérifications du chariot, il convient de conserver les rapports de vérification des cinq dernières années et de les annexer au registre de sécurité de l’établissement ou bien au carnet de maintenance de l’engin. 

Vous devez tenir à jour un carnet de maintenance pour chacun des vos chariots élévateurs où l’on peut retrouver toutes les opérations effectuées. 

Consignes de sécurité lors de l’utilisation du chariot élévateur

L’utilisation d’un chariot élévateur doit se faire dans le respect de consignes simples pour garantir la sécurité des usagers et des personnes se trouvant autour.

  • Respecter la charge maximale que peut supporter l’engin

  • Ne pas prendre de virage trop rapidement

  • Ne pas lever une charge mal équilibrée

  • Ne pas circuler avec une charge haute

  • Ne pas freiner brusquement 

  • Ne  pas lever une charge avec un seul bras de fourche

  • Ne pas prendre de passager

  • Ne pas stationner sous la charge

  • Ne pas passer sous la charge

  • Ne pas utiliser son téléphone

  • Ne pas fumer

  • Porter la ceinture de sécurité

  • Adopter une conduite prudente

  • Utiliser les équipements de protection individuelle : chaussures de sécurité, gants, lunettes, casque, protections auditives. 

Retrouvez notre signalétique spécifique aux consignes lors de l'utilisation d’un chariot élévateur.

panneau consignes chariot élévateur

Restons connectés
Ces produits pourraient vous intéresser

Une entreprise
solidaire et engagée

La démarche sociale et solidaire de Securinorme
s'inscrit dans le cadre de la lutte contre les exclusions.

L'apprentissage du métier d'opérateur logistique
dans une entreprise protégée, sur-encadrée et exigente,
va être l'amorce d'une insertion sociale et professionnelle durable.

En savoir plus sur l'entreprise